Présentation de la Commune IV du district de Bamako

Note utilisateur: 1 / 5

Etoiles activesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Le visiteur qui découvre la commune IV sera d'emblée frappé par ses multiples contrastes. Il y a le mélange d'une vie à la fois citadine et rurale : les battisses modernes y côtoient souvent les maisons traditionnelles en banco. A l'intersection des quelques belles routes bitumées ou pavées, s'étalent des pistes crevassées, des rues poussiéreuses. A cela, rien de surprenant eu égard à la généralité de constat à travers le district de Bamako. En revanche, ce qui est original, c’est l’entremêlement des quartiers lotis, spontanés et semi- lotis donnant l’impression d’un grand "village urbanisé" si bien que les populations de ces différents quartiers ont un mode de vie et des activités socio - économiques communs. La commune IV est une commune constituée par un vaste espace ceinturé par des frontières naturelles. De chaque coté de cet ensemble spatial, se tiennent cours d'eau, collines et petites flore. Ainsi donc, d'un coté, la rivière de "farako" ou " Diafarana ko " tire sa source des collines de Lassa pour aboutir au fleuve Niger en aval. De l’autre, s’élèvent des collines "lassa koulou ", " koulouni yèlèko " rejointes par une verdure de la flore arborescente qui se dresse jusqu ' au fleuve Niger en amont.

A la partie frontale de la commune s'élèvent de beaux bâtiments tels que l’Institut Islamique, l'usine IMACY, l'immeuble S.K, la maison des Aînés et quelques monuments pittoresques tels que celui de la Paix, la place Mamadou KONATE. Il y a aussi de vielles bâtisses délavées en banco et tout à coté des maisons modernes hérissées d'antennes paraboliques. Cependant, les collines escarpées à l’horizon et l'architecture moderne de certains bâtiments administratifs ainsi que les nombreuses maisons qui poussent comme des champignons sur l’aire de l’ancien aéroport de Hamdallaye ne représentent que partiellement la réalité profonde de la commune IV. Loin des influences maritimes, la commune IV connaît un climat de type soudanien car situé dans une zone d' interférence de l'harmattan soufflant du désert et des moussons d' hivernage venant du Sud. Comme pour tout le district de Bamako, la saison sèche y est longue de 6 à 7 mois pour une saison pluvieuse de 3 à 4 mois de Juin à septembre. Créée par l’ordonnance n° 78-32/CMLN du 18 août 1978, modifiée par la loi n° 82-29/ AN – RM du 02 février 1982, la commune IV est limitée :

  • A l’Est par la commune III ;
  • Au Nord et à l’Ouest par le cercle de Kati ;
  • Et au Sud par le fleuve Niger ;
  • Au Nord par la commune III et le cercle de Kati.

Située sur la rive gauche du fleuve Niger et à l’extrême Ouest du District de Bamako, la commune IV s’étend sur une superficie de 3768 ha. Elle comporte huit (08) quartiers : Djikoroni – Para, Hamdallaye, Kalabambougou, Lafiabougou, Lassa, Taliko, Sébéninkoro et Sibiribougou. De ces quartiers, le plus ancien est Lassa et le plus récent est Sibiribougou.

Le relief est dominé par quelques collines qui se situent dans sa partie Ouest et Nord, notamment le "lassa koulou", "le koulouni yèlèkè" et le" koko koulou " qui sont des formatons gréseuses constituant les dernières marches des Monts Mandingues. Les quartiers de Lassa, Taliko, Sibiribougou sont totalement couverts par les collines, alors que ceux de Djikoroni – Para, Sébéninkoro, et Kalabambougou se situent dans la vallée du fleuve Niger. Commune cosmopolite, les groupes ethniques qui y cohabitent sont essentiellement composés de Bambara, de Peuls, de Bozo et Bobo et une importante colonie de Malinkés, Guinéens vivant à Sébéninkoro, Sibiribougou, Kalabambougou et Djikoroni – Para. Les religions pratiquées sont : l’Islam, le christianisme, l’animisme.